Conscientes de l’enjeu pour l’avenir de notre société, les pépinières ROUY-IMBERT ont adopté depuis de nombreuses années des itinéraires techniques prenant en compte de manière équilibrée les objectifs économiques d’une production performante, les attentes des clients exigeants et le nécessaire respect de l’environnement.

Cette politique se traduit dans les domaines de la gestion de la fertilisation, de la gestion de l’eau, et dans la pratique d’une protection phytosanitaire raisonnée.

Sur le plan de la gestion de la fertilisation, les pépinières ROUY IMBERT suivent systématiquement le potentiel nutritif des sols et l’état des réserves des arbres par la mise en œuvre d’un planning précis d’analyse des sols de la pépinière et d’analyses foliaires des arbres en culture sur l’ensemble des parcelles. Cette approche qui intègre un suivi dynamique de l’azote se traduit par des apports en engrais optimisés, suivant au plus près les besoins des arbres, notamment dans la phase d’endurcissement avant arrachage. Cette technique très élaborée évite des apports fertilisants en excès et en conséquence le lessivage de nitrates et de phosphates qui pourraient nuire à la qualité des nappes phréatiques.

Sur le plan phytosanitaire, l’entreprise adopte une approche raisonnée limitant au minimum l’utilisation de pesticide, en particulier par la pratique systémique des traitements d’hiver à caractère préventif, mettant en jeu des substances d’origine minérale non toxique pour l’environnement et en introduisant des méthodes de lutte biologique les plus modernes. C’est le cas principalement pour la protection des cultures contre la zeuzère, mise en œuvre grâce à un maillage très performant des pépinières avec des pièges à phéromones sexuelles. Ce système de piégeage massif des papillons à permis de supprimer pratiquement totalement l’utilisation de produits chimiques et ceci avec une protection maximale.

Pour le désherbage, l’utilisation de matières actives herbicides est également réduite au minimum, en s’appuyant sur des spécialités strictement homologuées et respectueuses de l’environnement et en limitant leur emplois à 70 cm sur le rang de plantation. Les inter-rangs qui représentent plus de 70% de la surface des parcelles sont quant à eux maintenus enherbés et régulièrement fauchés.

Enfin, le suivi régulier de la mycorhization naturelle des sols permet de contrôler la vie biologique dans l’environnement immédiat des racines et ainsi de conforter et de valider les choix techniques de l’entreprise.

Le niveau de colonisation des racines par des champignons endomycorhizogènes et la teneur en aruscules – site d’échanges intenses entre le champignon et l’arbre –  et paramètre de la qualité de la mycorhize sont exprimés et appréciés sur les différentes parcelles de production.

Ces informations donnent notamment des éléments d’appréciation importants sur la gestion de la fumure phosphatée et apportent des garanties élevées sur le niveau de résistance au stress et sur la qualité de la reprise des arbres après plantation.

L’ensemble de ces pratiques est placé sous le contrôle des ingénieurs, conseillers techniques de l’entreprise, dont la mission est notamment de veiller à introduire les savoir-faire et les techniques les plus modernes pour que l’entreprise respecte au mieux l’environnement.

Top